27 novembre 2022
méthodes évaluation ressources minières

5 méthodes d’évaluation de ressources minières méconnues [Avantages et inconvénients]

Saviez-vous ce qui fait le succès d’un projet minier ? Aimeriez-vous savoir comment garantir un bon rendement à une entreprise minière. La plupart d’investisseurs sont prêt à engager des sommes colossales pour exploiter un gisement sans connaître son rendement. Et c’est votre rôle de les aider à prendre la bonne décision. Cette décision commence par le meilleur choix de la méthode d’évaluation de ressources minières.

Dans cet article, nous allons vous présenter 5 méthodes d’évaluation de réserves d’un gisement. Nous vous dirons comment sont-elles appliquées et vous donnerons pour chacune des avantages et inconvénients afin de guider votre prise de décision.

Pensez à mettre cet article dans vos favoris car les informations que vous y aurez sont d’une valeur inestimable.

1.     Évaluation de ressources minières

L’évaluation de ressources minières est l’étape clef de tout projet minier. Car elle fournit des éléments nécessaires à l’étude de faisabilité d’une exploitation minière. Laquelle étude, détermine si l’exploitation d’un gisement sera rentable ou pas.

Garantir le succès d’une entreprise minière revient non seulement à utiliser le meilleur outil d’évaluation mais aussi à choisir une méthode d’évaluation qui puisse minimiser les risques et optimiser le gain.

En effet, la décision d’exploiter ou pas un gisement dépend que de 2 éléments : la teneur moyenne du gisement et son volume. Un gisement peut avoir des teneurs très élevées, du moment que son volume ne permet pas de l’exploiter pendant des années, l’intérêt est donc faible. Tout comme un gisement peut s’étendre sur une grande étendue mais il faut qu’il renferme des teneurs considérables qui puissent compenser le cout d’exploitation et générer un gain.

surpac dans ma poche

La détermination du volume d’un gisement est relativement simple si l’on utilise un géo logiciel approprié comme Surpac, Leapfrog géo, Datamine, Micromine, Vulcan, etc. Du moment que vous avez déjà créé un modèle 3D de votre gisement, l’évaluation du volume est une affaire de quelques clics.

2.     Méthodes d’évaluation de ressources minières

L’évaluation de la teneur moyenne nécessite une extrapolation. Car la teneur vraie d’un gisement n’est jamais connue au départ. On ne la connait qu’à partir de quelques échantillons prélevés sur les trous de forage, lesquels d’échantillons vont faire objets d’une analyse chimique pour déterminer leur teneur minérale.

Plus les échantillons prélevés sont plus rapprochés plus l’estimation de la teneur sera bonne.

Les teneurs sur les restes de points du gisement ne seront connues que par déduction de teneurs que nous connaissons déjà. Plusieurs façons de déduire cette teneur engendrent plusieurs méthodes d’estimations minières. Certaines méthodes ont les mérites d’être simples mais moins précises alors que d’autres sont plus précises et plus efficaces.

Voici les 5 méthodes usuelles dans l’évaluation de ressources minières :

  • Méthode de voisin rapproché (méthode de polygones)
  • Technique de triangle (estimation ponctuelle et de blocs)
  • Méthode de l’inverse de distance
  • Méthode de sections
  • Et celle de Krigeage

2.1 Méthode de voisin rapproché (méthode de polygones)

2.1.1 Principe 

La teneur estimée en un point est égale à la teneur du point connu le plus proche. Dans la pratique cela revient à définir des polygones (polygones de Voronoï) à teneur constante.

2.1.2 Procédures.

Pour y arriver deux techniques peuvent être utilisées :

Technique manuelle (Qgis et Paint)

Cette technique consiste à représenter sur une carte les échantillons avec leurs teneurs respectives et d’y superposer une grille de coordonnées géographiques XY. Pour y arriver, nous avons utilisé le logiciel de cartographie gratuit Qgis, mais vous pouvez tout aussi le faire avec Mapinfo, Arcgis ou Surfer.

Ensuite, il faut relier 3 à 3 les différents points représentés en formant des triangles le plus équilatéraux possibles.

Enfin, nous levons des particulaires à chaque côté de triangles. Ces perpendiculaires passent par les milieux de ces dits cotés. Il se forme une sorte des polygones, ces polygones sont appelés polygones de Voronoï.

Technique automatique (Surfer)

Cette technique consiste à créer les polygones de Voronoï à partir de Surfer.

méthodes évaluation ressources minières

Une fois que les polygones de Voronoï sont dressés, la teneur moyenne s’obtient par la formule suivante :

Avec tj : teneur d’un polygone j et Sj : surface (aire) du polygone j.

Les teneurs étant perceptibles sur la carte, il ne reste plus qu’à déterminer la surface (ou l’aire) de différents polygones de Voronoi pour appliquer cette formule. Et pour cela, on va importer la carte dans Arcgis, digitaliser chaque polygone puis évaluer grâce aux fonctionnalités d’Arcgis automatiquement l’aire de chaque polygone.

Voici le résultat :

méthodes évaluation ressources minières

2.1.3 Avantage et inconvénient.

La méthode de polygone dispose à la fois des avantages et faiblesses. L’avantage de cette méthode c’est qu’elle soit adaptée pour une estimation en 2dimensions. Et par conséquent son inconvénient est son incapacité à évaluer un gisement en 3dimensions. Elle est très imprécise et ne fournit pas des teneurs réalistes pour des blocs.

2.2 Méthodes de triangles : Estimation ponctuelle et de blocs.

2.2.1 Principe

Cette méthode consiste à créer un triangle à partir de trois échantillons les plus proches que possible et d’abaisser une perpendiculaire à l’un de côtés. Cette perpendiculaire doit passer par l’un de sommets du triangle puis former un angle de 90°. Les teneurs intermédiaires t13 et t0 seront déterminées comme sur la figure ci-dessous.

Cette méthode peut également être appliquée automatiquement avec Surfer.

méthodes évaluation ressources minières

2.2.2 Avantage et inconvénient

Un peu comme la méthode de polygones, l’avantage de cette méthode c’est d’être pratique pour une évaluation en 2 D. Elle donne de bons résultats si les données sont abondantes et de bonne qualité. Et comme inconvénient, cette méthode n’est utilisée que dans l’élaboration de cartes topographiques.

2.3 Méthodes d’inverse de la distance

2.3.1 Principe

Cette méthode consiste à trouver l’inverse de la distance compris entre le point de teneur connue et le point dont il faut déterminer la teneur. La somme de produits: (Inverse de distance * la teneur en chaque point) divisé par la somme de distance inverse correspond à la teneur moyenne.

En pratique, des logiciels de Géomodelisation comme Surpac, Leapfrog géo, Datamine ou Vulcan sont utilisés pour appliquer cette méthode. Il suffit d’avoir dressé précédemment le modèle 3D du gisement.

2.3.2 Avantage et inconvénient.

C’est l’une de méthodes les plus flexibles. Elle est adaptée pour une évaluation en 3D et peut déterminer la teneur par bloc minéral. Sa faiblesse est de ne pouvoir minimiser le risque dû à l’effet support et l’effet information ainsi qu’évaluer l’incertitude.

2.4 Méthode de sections (une méthode manuelle)

2.4.1 Principe

Elle consiste à :

  • Obtenir une série de sections avec les forages projetés sur la section
  • Identifier à partir des forages les intersections de minerais et dessiner la forme présumée du gisement sur chaque section.
  • Estimer la teneur sur la section par la méthode de polygones ou la méthode de triangles.
  • Se donner une règle pour combiner deux sections consécutives et ainsi définir un volume minéralisé.
  • Calculer la teneur du volume selon la règle choisie et selon la teneur sur chaque section.
méthodes évaluation ressources minières

2.4.1 Avantage et inconvénient

L’avantage de cette méthode est d’établir la géométrie du gisement. Mais elle demeure en moins qu’une méthode géométrique. Elle n’est donc pas véritablement la méthode la mieux indiquée pour estimer un gisement.

2.5 Méthode de Krigeage

L’évaluation de ressources minières se faisant sur base que de quelques échantillons, elle est confrontée à 2 grands problèmes :

  • Effet d’information : on ignore toujours la teneur vraie du gisement qu’on exploite avant d’avoir épuisé toutes ses ressources.
  • Effet support : plus l’estimation se fait sur une petite étendue plus le résultat de l’évaluation est bon. Les gisements constituant des volumes considérables sont susceptibles d’engendrer un effet support très élevé.

De toutes les méthodes citées précédemment, seul la méthode de Krigeage minimise mieux l’effet support et l’effet d’information. Son avantage est d’évaluer l’incertitude et de donner des valeurs d’évaluation plus proche de la vraie teneur moyenne et donc plus optimisée pour une exploitation minière rentable.

Les 4 premières méthodes sont appelées méthodes conventionnelles. Car elles n’indiquent pas l’incertitude commise dans le calcul de ressources alors que la cinquième méthode, la méthode de krigeage est qualifié de méthode géostatistique en raison de sa détermination de l’incertitude.

Une réflexion sur « 5 méthodes d’évaluation de ressources minières méconnues [Avantages et inconvénients] »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *